Détails de l'évènement

  • Le 16/08/2016

 

DU 16 AOUT AU 30 SEPTEMBRE, HABITANTS DE LOGEMENTS EPHEMERES OU MOBILES, VENEZ RENCONTRER ET PARTICIPER AUX DEBATS DE LA CARAVANE HALEM 2016.

http://www.halemfrance.org/?La-CARAVANE-2016

 

Pourquoi une Caravane 2016

L’objectif de HALEM est de faire en sorte que l’analyse et les propositions se fassent avec les personnes concernées. Il s’agit de faire en sorte que tout le monde puisse devenir acteurs/trices des réflexions qui concernent sa vie et que chacun/e d’entre nous devienne une force de proposition.
Pour mettre en lumière la diversité d’intérêts qui seraient concernés par une évolution législative, HALEM propose un travail qui repose sur un processus d’auto-création, d’où découle notamment l’idée qu’il ne saurait y avoir d’experts de la politique, autrement dit que nul ne peut prétendre détenir la véritable notion de ce qu’est la justice, que celle-ci étant une création humaine elle doit s’appuyer sur le raisonnement et la délibération pour être établie, et que, pour exister, elle a besoin d’être continuellement interrogée.

La problématique de l’Habitat Léger (HL), bien que contenant sa part de poésie pour beaucoup, n’est pas complètement détachée d’un contexte économique où l’État providence n’intervient plus pour compenser les besoins de la société en perpétuelle mutation.

Les différentes formes d’habitats légers n’ont pas été intégrées dans les grandes logiques qui ont pensé l’urbanisme des années 70. Celui-ci n’a pas su considérer que le « logement » était autre chose qu’un besoin matériel de s’abriter avec un minimum de confort. L’« habiter » est à ce niveau bien plus intéressant à considérer car il intègre le besoin de se construire avec son environnement. L’HL permet finalement à beaucoup de personnes de déborder de la simple lutte pour la survie. Il permet aussi de vivre dans des pratiques de changement.

Pour HALEM, il est important de considérer qu’un abri qui paraît "de fortune" aux yeux du travailleur social a, du point de vue de son usager, une valeur considérable car il est devenu son moyen de s’abriter et de se construire. Celui-ci est passé indéniablement et sans transition, du statut de refuge à celui de lieu de vie, même s’il demande souvent à être amélioré. Aujourd’hui l’HL est devenu pour beaucoup un moyen pour s’adapter à une économie qui continue d’insécuriser le travail et le logement. De plus en plus de personnes, en devant se déplacer pour subvenir à leurs besoins, sont devenus les nouveaux nomades. Travailleurs saisonniers, du tourisme, des grands chantiers, intérimaires ou prestataires, étudiants, retraités pauvres en camping car, habitant de terrains de camping, de nombreuses catégories sociales se rendent mieux compte des difficultés que rencontrent les populations discriminées de longue date, comme les personnes appelées « gens du voyage » ou les réfugiés économiques. Ils s’aperçoivent soudainement qu’ils ne font plus parti des citoyens ordinaires et que chaque territoire pratique, à sa guise, une politique avec laquelle ils finissent par être condamnés à errer sans un abri légal. Les territoires rivalisent d’astuces pour les chasser, utilisant des lois iniques qui exigent des personnes qu’elles partent ou détruisent elles-même leur unique abri sous peine d’amendes. Alors que ces habitats permettent justement de s’accommoder à une société qui exige de plus en plus de s’arranger avec la précarité, dans un renversement de causalité, ces territoires accusent leurs occupants de ne pas savoir s’adapter à la société. Les énergies investies pour expulser sont à la hauteur de l’acharnement à rejeter toute forme d’initiative et d’alternative.

Nous donnons nous réellement le pouvoir d’exiger de l’État qu’il respecte les installations de survie résultant d’urgences qu’il ne peut ou ne sait pas satisfaire et par là-même qu’il reconnaisse d’autres manières d’occuper le territoire ?

Ces deux petits pas nous amèneraient pourtant vers un début de reconnaissance des personnes elles-mêmes dans leur singularité, leur diversité et parfois vers leur aspiration à l’autonomie.

 

 

PROGRAMME PROVISOIRE

16 août : départ de L’Estrade... 
L’estrade un lieu Atypik, entre atelier de fabrication et départ de notre caravane.

17/18 et 19 août : arrêt à la Mine

21/22 et 23 août : arrêt dans la Drôme

27/28 et 29 août : Étape à Porchesse (Belgique) 
L’association Halé organise un grand moment de rencontre autour des thèmes de l’Habiter Léger. Le but, faire connaissance, échanger sur nos modes de vie, sur les difficultés rencontrées, et réfléchir ensemble aux actions à mener pour nous défendre et nous organiser.

31/01 sept : passage à Grande-Synthe (Nord Pas-de-Calais)

03 et 04 sept : Étape à Rouen (76)

07 sept : Rencontre à Saint-Germain-lès-Arpajon (91) 
Rendez-vous chez Raymond GURÊME pour des tables rondes autour de la thématique des "Voyageurs"

10 et 11 sept : Rencontre dans les Mont d’Arrée (29)

12 sept : Débats à Theix

14 sept : Pause et rencontre à Sainte Foy la Grande

16/17 et 18 sept : rencontre à Vaour dans le Tarn

23 septembre : à Frouzins débats chez des "voyageurs" militants

24 septembre : vite à "Gascogne en Transition"

25 et 26 septembre : Rencontres avec le comité HALEM Sud-Ouest

27 sept : Synthèse de la caravane

28 sept : AG de HALEM

(Plus de détails très bientôt sur le site)